À l’occasion d’une première édition de la Dub Conference à Montpellier, organisée par l’association Forward Ever l’équipe, de Vent2Face Production s’est rendue sur place pour rencontrer deux légendes du mouvement : Aba Shanti et Channel One Soundsystem. Autour d’une interview, d’images live et d’archives, les pionniers du soundsystem de nos voisins anglais reviennent sur l’histoire de ce mouvement, de cette culture à part entière originaire de Jamaïque, répandue autour du globe depuis, notamment grâce aux activistes anglais d’origine jamaïquaine.

Crédit : Nick Caro
Crédit : Nick Caro

Les premiers fervents du soundsystem étaient déjà présents en Angleterre autour des années 50. On n’y jouait pas uniquement du reggae ou du ska mais de la soul, du calypso, et de la country. Les immigrants jamaïquains arrivèrent par bateau; la communauté apporta avec elle une vieille tradition que nous connaissons tous: le soundsystem. Mikey Dread de Channel One se rappelle de tout ça. Il nous rapporte les paroles de son père, et l’importance de cet héritage.

Aba Shanti et Channel One se rappellent de certains pionniers tel que Count Shelly, Duke Vin ou encore Neville the Musical Enchanter. Certains souvenirs reviennent, ceux d’une époque où chaque coin de rue cachait un soundsystem. En effet on est dans les années 70, le chômage et le racisme sont d’actualité chez nos voisins les britanniques : la communauté jamaïquaine en souffre énormément et la jeunesse bat de l’aile. Le soundsystem devient une culture underground, les jeunes jouent dans des caves et des endroits désaffectés loin des yeux et des oreilles de la police du quartier.

D’autres, comme Aba Shanti et les Channel One, se réfugient dans la fabrication de l’infrastructure son pour apporter leur pierre à l’édifice. Mikey Dread raconte l’histoire de ses premiers caissons « homemade », dans le garage familial, les premiers set, les premiers larsens…

Crédit : Nick Caro
Crédit : Nick Caro

Selon eux, chaque selectah, MC, ingénieur apporte sa particularité au soundsystem jusqu’à définir une identité. Le tout dans le partage et le respect de Rastafari, ligne directrice de toute manifestation. Car la spiritualité est un vecteur de ce mouvement. La musique nous emporte dans un tourbillon, afin d’émanciper la jeunesse.

Leurs motivations principales sont l’éducation des jeunes, pour éviter les dérapages et la délinquance, et le multiculturalisme. Le jeune public s’identifie, profite de certaines connaissances et d’expériences pour les répercuter dans le futur : tel est le message.

Même si certains diront que la culture soundsystem, comme d’autres mouvements musicaux, a pu s’éloigner de ses messages primordiaux, d’autres respectent celle de la musique: le partage et l’expérience. Aba Shanti et Channel One Soundsystem continuent à diffuser ce message autour d’eux et on les remercie pour ça.

    « La musique s’élèvera durant les derniers jours »