Projet frais, ambitieux et co-fondé par 4 jeunes acteurs locaux qui aspirent à “casser les codes traditionnels” des soirées locales en multipliant les genres. Ce sera le 24 Juin prochain à l’Anacrouse, entre dj set-digging-performance artistique immersion et exposition. On vous fait le topo

Mais qu’est ce qu’Amodal, et comment ce projet s’est-il bâti ? – L’histoire naît d’une envie, d’une collaboration entre 3 dj’s, Robin Cerf, André Boeufgras et Andres Remis Jáñez qui créent alors l’association Modal. “On s’est connu il y a deux ou trois ans avec Robin, vu que nous sommes voisins, on se voyaient souvent pour mixer ou pour produire. Partageant des goûts musicaux très semblables, on a eu l’idée de former l’association Modal”. confie André. Ensemble, ils organisent des events musicaux et partagent leur culture de la House et de la Techno dans des spots comme le Zoo Bar. Si le projet s’implante bien, les trois larrons tendent rapidement à “s’éveiller vers d’autres horizons” et ne veulent pas se cantonner à un seul univers, comme le résume bien Robin: Nous n’avions pas forcément envie de nous enfermer dans un genre précis. Garder un certain fil conducteur, mais pouvoir s’ouvrir à toutes formes d’arts confondus, proposer différents échanges”.Lola, passionnée de médiation culturelle, a des idées plein la tête : “j’ai pour projet de continuer dans le milieu de la culture, qui me tient énormément à coeur, car c’est un vecteur dans notre société”. Proche des 3 artistes, elle partage cette idée et décide de se rallier au groupe. Ensemble ils définissent donc Amodal, tel un pendant artistique pluridisciplinaire de Modal. Modal et Amodal sont assez différents au niveau son. Modal se centre plutôt house/techno, alors qu’Amodal permet d’élargir nos horizons musicaux”. ajoute André.

 

 

“Ce fut un gros challenge, mais nous avons senti un réel engouement et c’est ce qui nous a encouragé à continuer”

 

 

     La première édition a eu lieu le 7 Avril dernier à l’Anacrouse, un appartement cosy et intimiste situé à deux pas de l’église St Anne, qui s’est mué en centre d’expression artistique. “Nous avons découvert ce lieu superbe grâce aux Chineurs de Montpellier. Le créneau horaire (début de soirée) nous convenait très bien. Nous avions tout à créer et a façonner ici, c’est un cadre qui reste ouvert à toutes propositions” nous confie Robin. “Les Chineurs ont organisé un event au mois de Janvier dernier et nous avons découvert l’énorme potentiel de cet appartement. Cela concordait avec le fait de proposer différentes ambiances, différentes nuances et de créer un parcours initiatique. C’est assez rare de proposer ce type d’événement dans un lieu aussi atypique” poursuit Lola. Un lieu idéal donc, et pleinement représentatif de leurs aspirations, avec plusieurs salles qui leur permettent de tracer différents univers et de créer ainsi un cheminement.

Avec 4 formes principales d’expressions artistiques dépeintes, le désir était donc de proposer un pont. Entre les dessins et les sérigraphies abstraites d’Emma Bodard à l’entrée, pour un format type exposition, qui permettait ensuite au public de naviguer vers 3 autres salles. Celle d’Independant & Happy, le Vinyl Shop mobile où le chineur de micro-house- ambient est roi. Puis celle où Aylo et Robin se chargeaient de faire monter l’ambiance avec deux dj sets bourrés de sonorités chaleureuses, entre house, funk et disco. Enfin la dernière, celle de Chatte Chatoyante sous le blason Monstart, qui proposait une expérience immersive mêlant danse, performance burlesque et invitation à s’initier à une roue de la fortune mystique et intrigante… “Avec Elodie (Chatte Chatoyante), que je connais bien, on pouvait passer un moment privilégié, ce qui ne rendait pas l’expérience passive, au contraire”. conclue Lola.,Une première réussie selon nos intéressés.“Cela nous a demandé beaucoup d’organisation sur place, ce fut un gros challenge mais nous avons senti un réel engouement et c’est ce qui nous a encouragé à continuer”.

 

Mais d’où viennent ces inspirations, et comment est venu cette idée de se lancer dans la programmation d’un mouvement artistique aux disciplines multiples? – Elles viennent certes d’une volonté de changer les choses, qui s’est confirmée lors de plusieurs séjours à l’étranger, en Angleterre et aux Pays-Bas principalement: “Nous trouvons qu’à Montpellier, tout est assez cadré, Il n’y a souvent qu’une discipline qui est mise en avant. Il manque un certain éclectisme”. Mais c’est aussi grâce aux évènements organisés par la Casa Bondels, depuis plus d’un an désormais qu’ils ont été confortés dans leur choix: “La Casa Bondels a été une source d’inspiration pour nous, vis à vis de l’atmosphère qui s’y dégage, et de la variété des événements qu’ils proposent”.  

Pour cette seconde édition, Amodal reprend en partie la trame qui avait fait le succès de la précédente. C’est à dire une nouvelle performance immersive, mais avec une cartomancienne cette fois-ci. Si l’on touchait au burlesque, voire au Mysticisme avec Chatte Chatoyante, la spiritualité sera encore plus poussée cette fois-ci avec Mojo Nena. Performeuse mystique, elle dévoilera ses talents de cartomancienne dans un décor très énigmatique, co-créé avec Ziggy Lou, graphiste et illustratrice. On devine alors un certain désir de narration, le souhait d’initier le public à “une forme d’art méconnu”. “Cela crée un lien avec Chatte Chatoyante, c’est elle qui nous a dirigé vers cette artiste. La cartomancie est méconnue, et peu de gens en ont une opinion positive. Mojo Nena voit cela comme une performance artistique. De plus, c’est une pratique qui a toujours été présente dans notre culture et c’est intéressant pour nous d’amener les gens à vivre cette expérience”. confie Lola

 

Dino Cestchiant viendra quand à lui dévoiler ses oeuvres pleines de mystères, qui engagent à de multiples interprétations. Tatoueur et dessinateur, ses productions se composent de paysages-visages provenant de l’imaginaire. “J’aime sa représentation de la femme, il a un univers très construit. Il y a un réel lien artistique entre lui et la cartomancienne” dévoile Lola.

Côté son, c’est Mimid.B qui sera aux platines. Arlésien d’origine, il est désormais à la tête des Chineurs de Marseille et vient de sortir son label. Un choix qu’affectionne tout particulièrement Robin: “Il organise des soirées house-techno, et nous nous sommes particulièrement retrouvés dans ce style. C’est une personne ouverte à toutes sortes de styles musicaux, notamment soul-funk avec une part de mysticisme. Il mixera toute la soirée (19h-OOH30). Nous voulions laisser la possibilité à quelqu’un de pouvoir s’exprimer pleinement et de t’entraîner là ou il a envie de t’emmener. Nous avons donc décider sur cette édition de lui laisser carte blanche niveau son”. En tant que dj, André s’est également projeté: “Je trouve que c’est assez intéressant de proposer ce genre de musique, assez expérimental, c’est un domaine très vaste. C’est génial de proposer des découvertes sonores aux participants. Ce qu’on cherche renvoie à proposer une expérience nouvelle (sonore, visuelle), c’est exactement ce à quoi je m’attache en tant que DJ lorsque je mixe”.

 

 I&H, déjà présent lors de la première sera de retour, comme une évidence. “Nous nous connaissons bien et partageons la même vision des choses”. Robin insiste sur le fait que pour Amodal, “le format s’est créé naturellement et les artistes sont venus à nous au gré des rencontres. C’est une histoire de rassemblement”.

 

 

“L’idée est de développer de l’échange, de fédérer et de créer un pont entre différentes disciplines, Amodal s’inscrit dans ce crédo”

 

Amodal ressemble donc à une belle histoire de rencontres et d’envie commune de faire bouger la scène locale. Une rencontre entre le noyau dur fondateur tout d’abord, mais aussi “une rencontre avec des artistes émergents et des gens qui gravitent autour de nous” selon Robin. “L’idée est de développer de l’échange, de fédérer et de créer un pont entre différentes disciplines, Amodal s’inscrit dans ce crédo“ poursuit Lola. Cette profession de foi se ressent aussi dans la volonté de toucher un public aussi vaste que possible, de l’amener à se rencontrer par le biais de valeurs artistiques qu’ils défendent et autour d’un objectif commun: le partage et la confrontation d’opinions, d’idées pour faire avancer le paysage culturel local.  “L’intérêt est de faire partager cette scène et la faire vivre. Il s’agit de créer un bouillon de culture, créer de l’interaction entre les gens autour d’une même soirée qui ne se serait peut être jamais croisé pour ce que l’on proposait au départ” argumentent t’ils. Amodal est construit dans l’intention de créer du lien social, et s’implante autour d’une certaine sphère artistique qui semble se diriger dans la bonne direction: “Nous avons senti un mood depuis un an environ avec I&H, il s’est créé une cohésion entre nous. Quelque chose s’est réveillé cette année avec eux, la Casa Bondels, le (feu) royal, les Chineurs ou l’Anacrouse et c’est en train d’exploser”.

L’Anacrouse ouvrira ses portes dès 19h, à prix libre et participatif, car, disent-ils, la culture doit être accessible à tous. “Nous donnons de l’énergie et les gens nous le rendent, c’est comme un accomplissement personnel pour nous”. En attendant, Il ne nous reste plus qu’à patienter jusqu’à Samedi prochain en profitant des beaux jours !