En tant que jeune oiseau dans ce vaste monde de producteur, le londonien Cody Currie s’est construit un petit nid confortable sur Soundcloud. Son approche de la house n’est ni révolutionnaire, ni prétentieuse mais ressemble d’avantage à celle de producteurs innovants dans la veine de Max Graef, Glenn Astro, Henry Wu ou encore, à échelle française, ceux de l’écurie d’In Any Case Records. On touche là à des textures, des nappes et des sonorités et à une approche de la musique club particulière qui ne peuvent pas nous laisser indifférent.

Alors que son premier EP « Beer Machine » sur Better Listen Music et ses teintes jazz, funk m’avait mit rapidement la puce à l’oreille c’est avec ce fameux remix de « Devil’s Shoestring » de MF DOOM que Cody Currie m’a donné la clé pour son univers. D’un coup de génie, le londonien a récidivé il y a moins d’une semaine en remixant un autre (très) grand classique: « Thuggin' »de Madlib. Attention, ne soyez pas effrayé, le remix est maitrisé et soigné, Cody Currie ne veux surtout pas froisser le maitre. L’ambiance soul, sombre et thug qu’avait offerte Madlib à Freddie Gibs sur leurs album commun « Piñata » (et oui !) se retrouve transformé en un nouvel hymne house, groovy auxquels s’ajoute ces quelques accords aux claviers qui font guise de nappe, plus deep que jamais.  La house n’a jamais eu aussi bon gout qu’avec Cody Currie. Ce n’est pas la dernière fois qu’on parlera de lui, promis.