Esa Williams est l’un de ses producteurs, tastemaker et personne dans lequel on place beaucoup d’affection et d’espoirs. En plus de le suivre aux côté d’Ata Kak (dont il est le band leader), de ses précedentes releases et plus régulièrement au côté d’artistes de renoms dans ses émissions sur Worldwide FM, le producteur sud-africain, maintenant installé à Londres, sortait il y a quelques semaines de cela Aweh sur le label hollandais Dekmantel

Pour Williams, « Aweh » est une expression sud-africaine pour « conscience » et représente en quelques sorte son parcours et ses nombreuses rencontres et collaboration. L’ouverture se fait sur Blast, un des trois morceaux qui a son histoire et son importance. Produit en Ouganda lorsqu’il enregistrait un album avec les enfants du légendaire artiste tanzanien Hukwe Zawose. Les vocals de l’une d’entre eux, Pendo Zawose, s’ajoutent à la production kwairo de Narch Beats et forment cette pièce aussi unique que sombre et puissante.

Les collaboration continue sur Rift Valley ou le collectif est-africain Abakisimba donne une autre interprétation à ce que l’on pourrait qualifier de club, les percussions rythme les pas de danses et les performances vocales ajoutent un groove et une mélodie qu’on n’irait pas refuser. Rent-a-disc rend hommage à une music library de Cape Town dans les années 90, où les premiers disques de house était vendu au Dj locaux. Le résultat est une fusion sombre, percutante où la house music de Chicago rencontre Cape Town.