Une météo qui tourne mal, une plage sétoise bondée, un système son toujours aussi puissant et un set d’Henry Wu: on va essayer de se replonger dans l’avant dernier jour du Worldwide Festival 2017.

Beaucoup se mordent les doigts à chaque sortie de sa part et son nom commence à rimer avec génie. Henry Wu est l’un des producteurs que l’on estime le plus et ce n’est pas sans raison: des releases sur quelques uns des labels des plus pointues (Tartelet, Rhythm Section International, Eglo, 22a) et moitié de Yussef Kamaal, maintenant avorté, il est l’un des grands noms de la musique londonienne.

On va vous donner un mode d’emploi pour se remettre en condition: 1) enfoncez vos pieds dans le sable 2) rajoutez quelques gouttes de pluie 3) imaginez un soleil couchant 4) mettez y quelques anglais (et sétois) bien allumés 5) jouez cette playlist.

Il nous semble que vous devriez être proche de ce que l’on a vécu ce samedi 8 juillet au Worldwide Festival. Entre broken beat, house, funk, hip-hop et grime, Henry Wu nous a littéralement tué.