Sorti en avril 2015, d’une originalité toujours hallucinante, retour sur Hyōkō Meisō, le quatrième projet de Lord Apex : un classique.

lord-apex-hyoko-meiso-elevation-meditation-48950015Hyōkō pour « Elevation », Meisō pour « Meditation » : Lord Apex s’est envolé il y a longtemps mais est redescendu le temps de pondre un nouveau projet. Il se nourrit essentiellement de beats, de manga et de kung fu.

Il fume certainement autant de joints que tu fumes de clopes quand tu es saoul. Sa vie a changé à la première écoute de Lord Quas et il pratique l’horticulture : oui, Sensei aka Lord Apex a le profil du stonner de base. Détrompes toi vite … le jeune producteur londonien affiche depuis la sortie de son dernier projet un total de 12 albums. Une productivité qu’il assume et qu’il explique lui même par cette nécessite naturelle et organique de créer à l’image de ses idoles, Madlib, Guccy Mane, ou encore Snoop.

Après un premier album avec des Faces B des plus classiques, Lord Apex s’est fait un nom et a rejoint une famille de beatmakers et MCs qui raffolent des mêmes choses via Soundcloud : on share, on support, on se contacte et on collabore. Moins de deux ans plus tard, 3 albums au compteur, Lord Apex sort Hyōkō Meisō. Après avoir découvert le clip psychédélique de « E/M », l’album commence a tourner dans mes écouteurs de façon chronique.

Beats lofi, boombap, flow d’une fainéantise intergalactique, Lord Apex excelle dans cet album et il le sait très bien : la touche tant rêvée pour un artiste est trouvée,  le mode next level activé.

Outre la capacité à faire chauffer le mic, Lord Apex a un autre talent : choisir les beatmakers avec qui collaborer. Entre Goonfish sur l’interstellaire « E/M », Grimm Doza sur l’hypnotique « Stems of Envy » ou bien Manitee sur l’hyper saturé « 8-Bit Senwop (Free Gucci) » le MC excelle.

En accord avec ses idoles, Lord Apex est hyper productif et contrairement a certain, la qualité persiste. De « sounds of the blade » au dernier en date « Cosmos/Genesis EP », sortis en aout dernier, en passant par Hyōkō meisō Vol.2, l’anglais ne s’essouffle pas et invite toujours autant de beatmakers talentueux sur ses projets.

Keep smokin’, stay true and keep producing.