La démarche d’Onra pour ses Chinoiseries a toujours été simple et précise : produire une beat-tape avec uniquement des samples de musique chinoise. 10 ans après le premier volet, le producteur parisien reste fidèle à sa ligne conductrice. Toujours muni de sa MPC, son approche du sampling et de la production l’a toujours tiré vers l’analogique. A l’image de Madlib et d’autres rares producteurs à ne pas avoir passé le pas vers le numérique et son uniformisation, Onra a toujours fait comme bon le semblait, laissant son ordinateur dans le tiroir et utilisant ses légers craquements et ses samples découpés de façon imparfaite. Dans la même dynamique que pour les deux premiers épisodes, le parisien est allé chiner où certains n’iront pas mettre les doigts, jusqu’à aller dans toute l’Asie.

« Chinoiseries pt.3 » est définitivement plus proche d’une beat-tape et de quelque chose de personnel qu’un album à proprement parlé. Au total, 32 beats aux samples et structures rythmiques inouïes. Que ce soit inspiré brésilien avec New Year’s In Guang Zhou, plus traditionnel avec « Last Cup of Wine », dub avec « The Storm » ou encore avoisinant la house sur « The Spirit Blossom All Over The Land » le producteur nous livre une beat-tape incroyablement diverse, jusqu’à clairement redorer le blason de la figure du beatmaker. Chaque track a le mérite d’être écoutée, analysée, interprétée et imagée a sa façon. Les ambiances se dessinent et donnent à cette dernière invitation asiatique d’Onra un beau dénouement. Maintenant il ne reste plus qu’à savoir ce que le parisien nous réserve pour la suite.

Tout juste sorti le 10 mars l’édition vinyle des « Chinoiseries Pt.3 » est déjà épuisé mais le projet reste disponible en téléchargement digital et en streaming sur Bandcamp.