Alors que son album Obaa Sima était quasiment passé inaperçu à sa sortie à l’aube des années 2000, qui aurait cru qu’il allait refaire surface et être au gout du jour ? Brian Shimkovitz n’a pas vu l’ombre d’un doute à ce sujet. Dans son exploration perpétuelle, Ata Kak reste l’une de ses plus belles trouvailles. Comme le documentaire le montre si bien (rires) l’américain a déployé tous les moyens nécessaires pour aller à rencontre de l’artiste. Et c’est au Ghana qu’il le retrouve. Alors que sa carrière semblait terminée, la réédition de son album le mène au devant des scènes internationales. Ata Kak a maintenant fait deux world tour et, sait-on jamais, sortira peut-être un album dans les temps à venir …