Mercredi 7 février : Saul Williams & David Murray

Dès février, ça s’active… Alors que le Comité des Fêtes s’offre pour le 1er du mois un retour dans le patio inauguré au printemps dernier, Saul Williams et David Murray signe le premier « gros » rendez-vous de cette année. Musicien, rappeur, vocaliste, slam poet mais aussi acteur de métierSaul Williams est un électron libre à l’imagination débordante. Son dernier album, « Martyn Loser Kings », a un gout de cyberpunk avec lequel Saul Williams fusionnerait poésie, musique africaine, breakbeats, sonorités industrielles et rock. À ses côtés ce soir là : David Murray, l’une des légendes encore vivantes du jazz américain. Entre ses collaborations avec les plus grands et un Grammy pour son album « Blue for Coltrane« , ou encore son titre de jazzman de la décennie, la réputation du californien n’est plus à prouver. Saxophoniste de renom, sa performance risque bien de nous étonner.


Vendredi 23 Mars : L’Or Du Commun (1ère partie : Granturismo)

Le 10 février, changement de décor : le trap squad local Granturismo partage l’affiche avec les belges de l’Or Du Commun. Si les premiers, nouvelle formation de chez plmp, s’accordent un début des plus remarqués, les seconds sont sur le devant de la scène depuis quelques années. Formé en 2013 à l’aube des premiers ébats de la scène rap belge, l’Or Du Commun n’a pas perdu de souffle. Affûtant leur style, s’accordant quelques écarts nécessaires (tel que Swing, qui sortira un album solo le 19 Janvier), les bruxellois continuent de défendre leur dernier projet « Zepellin », sorti le 3 Mai dernier


Samedi 3 mars : Seun Kuti & The Egypt 80

L’une des autres dates que l’on retient n’est pas des moindre… Le 3 mars, Victoire 2 reçoit Seun Kuti, le dernier fils du pionnier de l’afrobeat Fela Kuti. Dès son plus jeune âge, il s’embarque dans The Egypt 70, le live band de son paternel, où il performera en tant que vocaliste puis saxophoniste, avant d’en devenir le leader. À l’image du reste de sa famille et de son héritage, Seun Kuti continue de véhiculer les valeurs de son père. L’afrobeat perdure, évolue, mais sa musique transperce encore et toujours les problématiques de la fierté noire, de l’Afrique et du néo-colonialisme.


Pour retrouver les détails de la programmation et les autres modalités de réservation pour les concerts de la saison, on vous renvoie gentiment vers le site internet de Victoire 2.