Pour une dernière nuit sur terre, Letherette t’offre le meilleur de leurs cocktails sur un plateau, celui de Ninja Tune. À l’image de leurs précédentes productions, « Last night on the planet » est un projet hybride qui plaira aux fines oreilles comme aux clubers les plus avertis. 

letherettelastnight

Letherette, c’est l’histoire de Richard Roberts et Andy Harber, deux amis d’enfance de Wolverhampton, nommés 3ème ou 4ème ville la plus naze du monde. De l’ennui, la monotonie, les deux amis trouvent rapidement une créativité libératrice qui les pousse dans la production en mélangeant leurs influences de l’époque, de MC Hammer à Aphex Twin. Issu de Myspace, Letherette gravite dans la sphère internet et entre en contact avec Jimmy Edgar, Machinedrum, Bibio etc… Même s’ils s’inscrivaient dans cette nouvelle génération de producteurs anglais qui ont a amener la musique électronique vers le next level, Letherette n’a pas eu le succès attendu avant d’être pris en charge par un certain Greg Eden et d’être reconnus par le célébre label Ninja Tune qui voit la lumière sur l’une de leurs démos, en 2012.

Plus de quatre ans plus tard, des projets au compteur et une maturité sûrement acquise, les deux copains d’enfance reviennent avec « Last Night On The Planet », un projet hybride, éclectique, personnel, sans prétention et je pèse mes mots. Il suffit de prendre les deux extrêmes de l’album, « Mamma » et « Last Night On The Planet« , on y retrouve l’irlandais Rejjie Snow sur le premier, et sur le dernier, l’ovni Pyramid Vritra, nouvelle égérie Stones Throw pour le prouver. La touche est clairement hip hop, même si, à en écouter les productions, les moins avertis ne sauront que dire. Si on plonge directement dans l’album, on y retrouve des tracks non conventionnelles comme l’excellente « Soulette » aux voix coupées, re-découpé, breaké, qui ajoutent un groove certain aux beat house récurent. Tout comme « Dog Brush » qui confirme mon addiction à la house envoutante labellisée Max Graef et Glenn Astro. Autre preuve d’éclectisme dans cet album, retrouvez « Rich & Dan » qui rappelle le titre de « beatmaker », que certains peuvent leurs donner, ou bien des titres plus ambiants comme « Bad Sign« , en collaboration avec Jed & Lucia et « Shanel« , plus groovy que jamais.

Ma prose aura suffi, je l’espère, à vous convaincre: « Last Night On The Planet » est un projet solide qui en vaut la peine. Sorti depuis le 25 novembre dernier vous pouvez vous procurer l’album sur les différentes plateformes de téléchargement et chez les meilleurs disquaires.

SITE WEB / SOUNDCLOUD / NINJATUNE