Le point commun entre Modal et I&H ? Leur goût invétéré pour la recherche d’artistes qui font vivre, mais surtout d’artistes qui permettent à la scène électronique de prendre de nouveaux virages. Si Modal s’attelle à la programmation d’artistes comme Yamen & Eda ou plus récemment Fabe, I&H sillonne les lieux avec son shop ambulant fait de palettes et de bacs en bois épurés. Ils ont décidé de collaborer ensemble car ils partagent une vision similaire : le souhait de rassembler, par une ode à la pédagogie.

C’est autour de ce parti pris de faire converger les publics que le plan s’est progressivement dessiné. Il faut dire qu’ici, ils ne se mélangent guère. Une grosse partie de l’offre événementielle est centrée autour de soirées techno, minimal ou micro house en raison d’une forte demande, mais aussi parce que le nombre d’associations ou de collectifs y est dominant. L’un entraînant l’autre. Et tout cela cantonné dans les quelques clubs assujettis de la ville. Les mordus de jazz iront au Jam, à la Pleine Lune ou au Willie Carter Shape, sur un tout autre format évidemment. Lassé de ces clivages, Modal et I&H entendent bien “casser les codes” et attiser la curiosité. “La volonté première de ce festival, c’est de mélanger les gens, pour essayer de dépasser les barrières invisibles que chacun se met. Je trouve qu’à Montpellier, rien n’est fait pour faire se rencontrer des personnes amatrices de Jazz et de musiques électroniques” revendique Lola. L’idée est “d’amener un nouveau public, pas encore sensibilisé à cet Univers” poursuit Pierre Alexandre. L’univers dont il parle, c’est celui d’un décloisonnement entre instruments jazz et machines.

Minimal Orchestra

FäLK incarne parfaitement l’état d’esprit de Nuances. Le quintet mêle instruments acoustiques jazz (basse, saxophone, guitare et batterie) avec les timbres organiques et industriels des synthétiseurs. L’atmosphère est tantôt planante tantôt plus énergique, pour un rendu très cinématographique. C’est eux qui prendront les commandes du festival, dès 16h. Le tempo montera progressivement en intensité, en accord avec la luminosité qui baignera le patio, choix des organisateurs. “L’ordre de passage des artistes, comme l’ambiance qui s’en dégage, est choisi en accord avec la déclinaison du soleil” indique P.A. Derrière, c’est le duo toulousain Minimal Orchestra qui prendra le relais. L’un à la contrebasse, l’autre aux claviers et aux machines, ils sont représentatifs de l’atmosphère “Nuances” et feront office de transition vers les lives et les DJ set. Viennent ensuite les projets plus minimalistes, expérimentaux et cosmiques, de Pazu et de Yamen & Eda, amis et habitués des organisateurs.

Loop Exposure et Lee Renacre aka 100 hz complètent le line-up. Les premiers sont parisiens, le second est anglais. Alors que la nuit sera bel et bien tombée, ce dernier, activiste de l’impulsion du mouvement house outre manche dans les années 90, terminera les festivités avec ses sets très deep et ambient. “Ce fut une évidence de placer 100 Hz en clôture, ses sets sont barrés”. Et pour ne pas lâcher de lest pendant les interludes, c’est Mimid, le créateur des Chineurs de Marseille qui animera le patio durant les changements de plateau.

Lee renacre

En tant que disquaire, I&H coordonnera l’espace vinyl market. Et ils ont sélectionné des intervenants pour représenter la musique électronique, l’ambient, le jazz et la musique du monde. “C’est important pour nous d’intégrer le vinyl market car il reflète notre programmation artistique et participe à ce désir de sensibilisation que nous développons durant tout le festival”. Au rayon animation, les plus jeunes auront de quoi bidouiller avec un stand dédié à la création d’instruments de musique et d’objets volants. Un coin maquillage sera également de la partie. Enfin, Mara, artiste montpelliérain, décorera le patio avec ses collages, en live bien sûr.

Si la décision d’avoir choisi Victoire 2 pourrait s’avérer risquée en raison d’un manque de notoriété et d’un emplacement pas toujours accessible à un public montpelliérain peu mobile, le patio représente un vrai challenge. Réagencé l’année passé avec le festival Tropisme, il a également pris du cachet avec les événements Fuck le travail ou I love patio. Lorsqu’on les questionne sur ce choix, ils répondent sans une once d’hésitation que c’est le lieu adéquat. “La façon dont Tropisme a exploité le patio nous a inspirés, nous nous sommes projetés dans ce cadre chaleureux et cet esprit guinguette qui permet aux enfants comme aux adultes de passer un moment agréable”, affirme Robin. Et pour contrer le manque d’accessibilité, des navettes Amigo seront mises à disposition jusqu’à la fermeture.

Quoi qu’il en soit, Nuances devrait apporter un certain regain de fraîcheur au lieu, afin de repartir du bon pied pour la saison prochaine !

Découvrez la programmation complète et autres informations ici.