Pour Piñata, la fin d’année 2017 aura marqué un tournant certain. Nous avons gratifié le site d’une séance de chirurgie esthétique, le studio et la web-radio se sont montés petit à petit – quoiqu’avec un léger retard – , nous avons renforcé nos partenariats au sein du secteur culturel local, et plus encore : nos articles n’auront jamais été aussi géniaux (si, si, on vous assure). C’est évident, si l’on balaye du regard ces quelques mois passés, on ne manque pas d’enthousiasme quant à l’avenir de la structure. Ce dont on manque en revanche, c’est de rédacteurs. Alors, si vous aimez briller en soirée, sachez que lorsqu’on vous demandera dans quel domaine vous exercez, vous pourrez bientôt répondre d’un air faussement humble « dans la presse spécialisée… ».

Outre les bienfaits pour votre santé et votre équilibre gastrique, une éventuelle candidature, ce n’est pas seulement se faire l’esclave (bénévole) d’un bureau de rédaction tyrannique et impitoyable. C’est aussi se concevoir un book et agrémenter son CV. On le sait, ça sonne un peu comme cette n-ième agence de communication qui ne paie pas ses graphistes parce qu’elle leur apporterait « de la visibilité ». Mais pour le coup postulez, vous verrez. Nous rejoindre, c’est aussi se faire une expérience associative, et surtout semi-professionnelle, dans le monde du journalisme, de la culture et de l’événementiel. On vous dirait bien aussi que vous pourriez, peut-être, vous faire un réseau. Mais on vous surchargera tellement que vous n’aurez pas le temps de passer un coup de téléphone. (C’est une blague, sortez vos agendas, on mange avec le maire le 22.) Enfin, et on sait très bien que c’est la seule raison pour laquelle vous lisez encore ces lignes, votre gentillesse et votre dévouement envers vos chefs pourraient vous rapporter des accréditations presse pour la prochaine soirée Star 80. Heureux ?

Mais travailler pour Piñata, ce n’est pas que ça. C’est aussi faire partie d’une équipe jeune et dynamique, pour qui « musique » rime avec « passion ». Sans vouloir nous jeter des fleurs, c’est aussi faire bouger le paysage musical local et contribuer à la mise en place d’une alternative journalistique innovante. Ainsi, lorsque vous ferez partie de la famille, non seulement vous aurez la chance de côtoyer la crème des intellectuels montpelliérains, mais vous pourrez aussi, au quotidien, confronter vos goûts à l’altérité et vous enrichir culturellement.

Alors,

  • Si vous estimez avoir cerné correctement la ligne éditoriale du site, que vous êtes quelqu’un de critique et de pertinent ;
  • Si vous pensez avoir un intérêt certain pour les musiques dites « actuelles » (mais aussi celles d’hier) ;
  • Si vous pensez bénéficier de connaissances approfondies dans l’un ou plusieurs des genres musicaux couverts par Piñata ;
  • Si vos phrases jouissent d’une orthographe et d’une syntaxe correctes ;
  • Si votre rédaction est maîtrisée, quasi-journalistique, et votre vocabulaire riche ;

Envoyez nous dès que possible :

  • Un article sur le sujet de votre choix, d’une taille comprise entre 1500 et 2000 caractères (entre deux et quatre paragraphes) (originalité et pertinence appréciées) ;
  • Un top 10 de vos morceaux “du moment” ;
  • Éventuellement vos références ou votre book (optionnel) ;

À l’adresse : redaction@pinatamag.com