Article écrit avec Alix, Camille et Hadrien

Terres Du Son : le plus babos


Depuis plus de dix ans, Terres Du Son fait rimer festival et écologie. Il embarque le public à travers une expérience unique du 6 au 8 juillet au Château de Candé en Touraine. Au détour des multiples ateliers et débats concernant les enjeux environnementaux, vous pourrez vous détendre en écoutant une programmation aussi diversifiée que qualitative. Alors que vous vous laisserez charmer par les sons envoûtants de Her, de Feu Chatterton ou encore de Juliette Armanet, vous trouverez également de la techno avec Meute ou de l’électro avec Fakear. Cette année le rap sera lui aussi présent avec Lomepal ou Roméo Elvis. Revivor vous feront vibrer au rythme de leur deep-soul ; quant au duo Amadou et Myriam, il vous fera vous déhancher sur son savant mélange de pop et d’afrobeat. Terres Du Son, c’est également de nombreux projets présentés afin de sensibiliser les milliers de festivaliers au développement durable. Sur place, découvrez le village gastronomique avec des produits frais et bios et des créateurs qui mettront en avant l’artisanat local. Un jeu-concours est en place tout au long du festival pour gagner un pass Terres Du Son à vie, des pass 3 jours pour l’édition 2019, et autres cadeaux de folie. Pour accéder à la victoire, il vous suffit de faire des gestes écologiques, chacun vous rapportant des points. De quoi se sensibiliser tout en s’amusant.

Résonance : le plus patrimonial


Si vous connaissez un peu Avignon, vous aurez l’impression d’assister au traditionnel tour de la ville en petit train. Du Pont d’Avignon au Palais des Papes en passant par le Musée Calvet, tous les lieux emblématiques de l’ancienne cité médiévale seront au rendez-vous. Et c’est bien là la volonté du festival à la base : explorer la ville et ses sites patrimoniaux, et leur apporter la dimension musicale qui leur manquait. À ce titre, les acteurs de ce véritable choc culturel ne sortent pas de nulle part : la programmation se veut éclectique (à tendance électronique) et pointue, à l’image en définitive de la plupart des festivals sur lesquels intervient Pascal Maurin. Se relaieront entre autres L’Impératrice, Point G, Dyed Soundorom, Klaam, Frankey & Sandrino ou Folamour. Dans votre quête d’un événement original et proche de Montpellier, soyez donc sûrs de prendre en considération cet ovni.

Démon D’Or : avec le moins de Roméo Elvis


À noter également qu’il s’agit du festival avec le moins d’Amelie Lens ; et en 2018, ce n’est pas rien. Alors que beaucoup de festivals semblent faire appel aux mêmes agences de booking (celles dont le roster squatte les bandes FM), le très festif Démon D’Or fait le choix de la qualité. Du dub à la disco, la programmation de cette quatorzième édition s’axe danse et infrabasses. Après quelques heures de chill en plein cagnard, offrez-vous ainsi le loisir de déambuler entre les scènes. L’occasion de lever les mains devant Moha La Squale, CunninLynguists, Caballero & JeanJass ou L’Or Du Commun, ou de skanker sans relâche au son de High Tone, O.B.F, Vibronics et autres Panda Dub. En ce qui nous concerne d’ailleurs, un festival qui prévoit une dub arena prêchait des convertis. Les sonorités d’après-midi-en-bord-de-plage (comprendre par là « pop et musiques électroniques groovy ») ne seront pas non plus en reste : entre Pendentif, L’Impératrice, Darius, Volcov, Bleu Toucan, Kimosabe ou Nick The Record, vous trouverez bien un petit moment pour exhiber vos plus beaux déhanchés. Mais tout l’intérêt du festival réside dans l’œil curieux et aguerri qu’il ouvre sur la world music et ses influences. On pense notamment à Ghetto Kumbé, Electric Safari, Acid Arab, Omar Souleyman, ou La Cumbia Que Te Parió. En bref, l’atmosphère du Démon D’Or se veut joyeuse et sa programmation vous invite au voyage. Réservez donc votre week-end du 30 juin, et pensez surtout à ressortir du placard vos chapeaux de paille et vos chemises à fleurs.

Rio Loco Festival : le plus Nova friendly


Le festival le plus Nova friendly de la saison fera étape au parc de la Prairie des Filtres en plein centre de Toulouse, au bord de la Garonne, du 14 au 17 juin. Depuis 1995, La Valise ¡Río Loco! – un projet de médiation participatif coordonné par la direction des musiques de la municipalité de Toulouse – vise à faire connaitre les musiques du monde via l’éducation artistique et culturelle. Mission réussie avec brio pour la 23e année consécutive. L’étape festival, ayant pour thématique les Rumbas du Monde, vous fera voyager de la Havane à Kinshasa, en passant par Barcelone et Brazzaville. Pas moins de 20 nationalités seront représentées, à l’image de ce festival cosmopolite et culturel. En bref, global. On vous donne quelques noms d’artistes à aller écouter, pas vraiment connus pour leur côté rumbesque, mais à l’énergie non moins dansante et communicative : Meute, The Mauskovic Dance Band, Altin Gün, Ebo Taylor, Oumou Sangare… Nous, ça nous donne très envie d’aller y faire un tour. En famille ou entre amis, on sait déjà que l’ambiance sera bonne. Avec le pass 4 jours à 25€, pas d’excuses. Et une chose est sûre, ça va danser !

La Route du Rock : avec la prog’ la plus WTF


Vous aimez l’éclectisme, votre collection de vinyles contient des variétés françaises, de la techno ou encore de la country, alors ce festival est fait pour vous. Situé à quelques kilomètres de St Malo, au cœur du Fort de Saint-Père, il se déroule du 16 au 19 août. Avec une programmation plus qu’hétérogène, il saura satisfaire un large public. Vous retrouverez Etienne Daho, pour une date unique en Bretagne, ou encore Charlotte Gainsbourg aux côtés de The Black Madonna. Quoi de plus normal, me direz-vous. Josh T Pearson vous enverra également voyager au Texas et The Lemon Twigs marqueront un retour dans les années 90. Pour sa 28ème édition, ce festival emblématique de Bretagne, organisé par l’association Rock Tympans, n’a donc pas lésiné sur les moyens, réunissant vingt-neuf artistes de tous les genres pour faire vivre aux festivaliers un moment d’anthologie. Vous aviez encore un doute sur quoi faire en ce long week-end du 15 août ? Allez, on vous facilite la tâche, les réservations c’est par ici.

Peacock Society : où tu ponces le plus ton livret A


45€ la soirée, des moments désagréables à attendre sa pinte à 8€ (ou sa bouteille d’eau à 4) dans une queue interminable, avec en prime une populace pédante ? Pas de doute, on est bien à la Peacock édition summer. Mais c’est le prix à payer pour apprécier le cadre (Parc Floral de Paris) et surtout un line-up qui ne fait pas dans la dentelle. Côté techno, les pontes du moment sont là : Daniel Avery, Amélie Lens, Charlotte De Witte et les patrons Jeff Mills ou Laurent Garnier. Rien de surprenant certes, mais les voir réunis ne va certainement pas nous faire soupirer. Ce qui a retenu notre attention, c’est de voir à leurs côtés des noms tels que Chloé, qui jouera en live son dernier album Endless Revisions, paru en octobre dernier sur son propre label Lumière Noire. On apprécie également la house breakée de Mall Grab, auteur il y a moins d’un mois d’un excellent mix en compagnie de Stacey Sexton sur Rinse FM. Et sinon, ce sera l’occasion de découvrir Miley Serious, jeune espoir qui mélange subtilement acid house, punk et techno indus, d’apprécier un b2b UK house / bass music qui s’annonce de bonne augure entre Joy Orbison et Daniel Kovacs, ou la house sauce maison de Folamour et Neue Grafik. Et les lignes nous manquent à l’évocation de Tale of Us, Floating Points, Dam Funk, Kink ou Richie Hawtin… On vous l’avait dit, une prog’ dantesque.

Jazz à Porquerolles : le plus anachronique


Dans la famille festival de jazz, je voudrais Jazz à Porquerolles. En plus d’être le seul festival qui propose l’ultime et unique combo balade en bateau + concert sur une île, la programmation n’est pas des moindres. C’est au cœur des îles d’Or et plus précisément sur la scène du fort Saint-Agathe que se déroulera la 17e édition de ce festival singulier, du 7 au 11 juillet. En présence du président d’honneur du festival, et pionnier du free jazz, Archie Shepp – qui se produira le mardi 10 lors d’une soirée qui lui est consacrée – se succéderont des musiciens talentueux venus des quatre coins du monde dans un cadre enchanteur. La légende brésilienne Hermeto Pascoal et sa bande ainsi que le trio cubain d’Harold Lopez Nussa et le trio franco-israélien de Yonathan Avishaï seront de la partie. Pour couronner le tout, une création originale taillée pour l’occasion réunira les musiciens Nicole Mitchell, Hamid Drake, Majid Bekkas, Vincent Ségal et Makan Badjé Tounkara sous l’appellation ‘Changer le monde !’. Les sud-africains de BCUC assureront la clôture du festival de leurs rythmes endiablés pour une expérience mystique. Comptez une cinquantaine d’euros pour la soirée concert en tarif réduit, traversée comprise. Bouffée d’air frais garantie !

Macki Music Festival : le plus parisien


Dans « Macki », comprendre l’enfant génial de La Mamie’s et du label Cracki. Et c’est peut-être ça être parisien pour un festival : c’est représenter la ville de la diversité musicale et des innombrables collectifs. Et diversité il y aura lors de cette cinquième édition : du jazz de Kamaal Williams à la funk de Cotonete en passant par l’acid techno langoureuse de Tin Man. Ici, pas de têtes d’affiches pour le simple fait d’en avoir, mais de la qualité à ne plus savoir qu’en faire. Si vous avez le bonheur de fouler la pelouse du parc de la mairie de Carrières-sur-Seine, on ne saurait que trop vous conseiller d’aller vous casser la nuque devant Motor City Drum Ensemble ou Blake Baxter, par exemple. Ne loupez pas non plus les prestations de Lomboy, les jeunes protégés de Cracki, ou de Toshio Matsuura, qui sortait récemment l’excellent LOVEPLAYDANCE chez Brownswood. Bref, ne loupez rien de A à Z, car si vous avez l’occasion de vous rendre à un festival qui cale Black Jazz Consortium en opening, vous ne risquez pas de détester grand chose.


Mention honorable, tout de même, aux festivals : La Chinerie Festival, Dour, Son Libre, Nuits Carrées, Château Perché, This Is Not A Love Song, AfricajarcRastaf’Entray, Marseille Jazz des Cinq Continents, Charlie Jazz Festival, Jazz à Junas. Et vous, vous partez où cet été ?