Ricewine est australien, il a 18 ans, il est talentueux et il a composé un album pour fêter la fin de ses études au lycée. On serait prétentieux à vouloir classer ou enfermer dans une certaine case la musique de Ricewine. La seule chose dont on est sûrs, c’est que le jeune australien nous a gentiment délivré l’une des plus belles douceurs de février. « Mornings » porte d’ailleurs bien son nom. Cet album, qui a été composé au cours d’un doux printemps australien, est une ballade soft, très soft, dans les paysages fleuris et la nature luxuriante. Les oiseaux chantent, le vent caresse notre visage mais la musique de Ricewine n’est jamais excessivement douce.

Alors que ses mélodies et sa tendresse sont parfois aussi attachantes que juvéniles, le jeune australien contrebalance la fragilité de son univers pop avec le beatmaking et le rap. Cette association des genres et cet équilibre musical original, on l’aime tellement qu’il nous rappelle presque la scène alternative d’Oakland, avec Hot Record Société et la douce Salami Rose Joe Louis. Alors naturellement, on s’est empressés de vous le partager. Sans prétention bien sûr, on aime tellement découvrir et propager la musique des jeunes talents.